La signature du contrat de réservation précédant l’achat de villas de luxe à Marrakech

immobilier a Marrakech

L’activité immobilière s’est accru ces derniers temps dans la citée ocre. L’un des biens immobiliers le plus demandé reste les villas de Marrakech qui sont imposantes et dispose d’un confort et d’un certain luxe. Lorsque vous voulez en acquérir une qui vous plait et qui est disponible, vous faites appel à son promoteur ou l’agence immobilière chargée de la vendre et vous signez un contrat de réservation voir plus d’informations sur le site http://lemondeimmo1.webnode.fr/. C’est un moyen de réserver le bien en attendant la finalisation du contrat qui peut prendre plus de temps. Ce contrat a une valeur juridique et peut être considéré comme une preuve en cas de litige.

Pour devenir propriétaire d’une villa, surtout si elle est neuve, l’acquéreur doit signer un contrat de réservation avec le promoteur immobilier suivi plusieurs mois plus tard de la signature du contrat définitif de vente de la villa chez un notaire. Le contrat de réservation est un engagement de la part du vendeur qui promet de réserver le logement à l’acquéreur, ce dernier doit en retour verser un dépôt de garantie. La condition indispensable est que le programme doit voir finalement le jour. Ce contrat est généralement signé pour une période de trois mois, mais il peut être prolongé par exemple s’il a été signé en début de pré-commercialisation.

Il à noter que ce contrat de réservation porte sur les programmes immobiliers neuf, et la construction ne débutera que si le prometteur a déjà commercialiser la moitié de logements prévus. En dessous de cette limite le chantier ne pourra pas démarrer faute de financement de la part des banques afin de minimiser les risques.

Le contrat de réservation doit être établi écrit et un exemplaire doit être remis au futur acquéreur avant tout versement du dépôt de garantie. Le contrat doit indiquer : une description détaillée de la futur villa c’est-à-dire la surface habitable, le nombre de pièces principales et secondaire, les dégagements et les dépendances. Il doit comporter aussi une note décrivant la nature et la qualité des matériaux utilisés pour la construction, le prix de vente et le cas échéant les conditions de révision, la date prévisionnelle de signature du contrat de vente définitif. Le délai d’exécution des travaux, les conditions prévues par la loi qui permettent au candidat acquéreur de renoncer à signer le contrat de vente définitif et de récupérer son dépôt de garantie.

Marrakech accueille bientôt son musée dédié à l’eau

marrakech

La ville de Marrakech est réputée pour les endroits qu’elle met à la disposition des touristes qui viennent visiter la ville. Les passionnés de culture ne manquent pas d’activités, ils peuvent assister à des événements d’envergure internationale, visiter des musées dédiés à l’art traditionnel ou contemporain, bénéficier du foisonnement des différents lieux de la culture que la ville abrite. Pour rendre la ville encore plus intéressante voir ici http://bonplanmarrakech.blog.fc2.com/, de nouveaux lieux sont créés, de nouvelles idées voient le jour afin que toutes les catégories de touristes trouvent leur compte. Un nouveau musée verra le jour dans les allées de la cité ocre. À partir du 2 mai 2017, la ville de Marrakech accueillera un musée consacré à l’eau. Ce musée portera le nom de « musée Mohammed VI pour la civilisation de l’eau », le musée a été fondé sous l’impulsion du ministère des Habous et des Affaires islamiques. Il s’agit du premier musée marocain consacré à l’eau.

Ce musée a été inauguré en janvier 2017 par le prince Moulay El Hassan et sera finalement accessible au public à partir du mois de mai. Ce musée dernière génération permet de satisfaire plusieurs exigences, que ce soit sur le plan historique, culturel, scientifique, ludique et pédagogique. La vocation du musée est de conserver la mémoire, mais aussi de diffuser et de valoriser le patrimoine hydraulique du Maroc. Le musée s’étend sur une superficie de 20 000 mètres carrés et sera doté d’un espace d’exposition permanente, ainsi qu’un espace d’exposition temporaire. De nombreux thèmes seront parcourus au sein de ce musée. Surtout les questions portant sur l’eau et la science, l’eau et l’homme à travers les siècles, les réalisations liées à l’eau au sein du Royaume du Maroc, sans oublier les nombreux défis des nouvelles technologies dans ce domaine.

Visiter ce musée permettra aux visiteurs de s’immerger dans les différents aspects de l’eau. Les visiteurs vivront une expérience particulière, des mises en scène avec des sons, des lumières, un spectacle magnifié. C’est la société Couleur Com qui sera en charge de la gestion du musée. Selon les propos d’Ahmed Toufik, les ressources du musée comprennent la scénographie, les maquettes, les objets, les photos, les cartes, les supports audiovisuels multimédias, mais aussi des manuscrits. Au final, le musée Mohammed VI pour la civilisation de l’eau a couté au gouvernement marocain la modique somme de 163 millions de dirhams. Le musée de l’eau ambitionne de devenir l’un des musées les plus importants en Afrique, sur le sujet de l’eau.

La mosquée Koutoubia, vestige de l’histoire marocaine

koutoubia

La mosquée de la Koutoubia est un édifice de nature religieuse qui a été construit au 12e siècle dans la ville de Marrakech au Maroc voir plus sur le site http://cityguide-marrakech.blogspot.com/ et qui représente assez bien le talent artistique et architectural de la dynastie des Almohades. La construction de la mosquée Koutoubia encore appelée mosquée des libraires a débuté en 1120 sous le règne de la dynastie berbère des Almoravides. À partir de 1162, sous le règne du calife Almohade Abu Yusuf Yaqub al-Mansur, le bâtiment a été complètement remanié et est resté l’un des édifices les plus représentatifs de ce style architectural. La Koutoubia tire son nom du fait qu’elle a été construite dans le souk destiné aux marchands de manuscrits. C’est un lieu qui a vu passer de nombreuses générations de croyants, qu’ils soient de Marrakech ou de villes différentes. Ce lieu est avant d’être un lieu touristique, un lieu de prière et d’expression de sa foi musulmane.

Sur le plan architectural, la mosquée Koutoubia est construite en forme de T. C’est une tradition qui est respectée depuis le 9e siècle, à l’époque de la construction de la Grande Mosquée de Kairouan. On retrouve également ce style architectural en Espagne, c’est un plan arabe hypostyle. En résumé, on retrouve dans le bâtiment une grande cour entourée d’un portique et d’une salle de prière dotée de colonnes. Les nefs se situent à la perpendiculaire du mur de qibla. Le minaret mesure 69 mètres de haut, est de forme carrée et respecte la tradition des pays occidentaux musulmans. C’est l’un des minarets les plus hauts de la ville de Marrakech et il est d’ailleurs considéré comme un lieu touristique de haute envergure.

Au sein de la mosquée, on retrouve un total de 17 nefs qui sont portées par de nombreux piliers de couleur blanche. On y retrouve l’une des plus grandes salles de prière de l’Occident musulman, cette salle mesure 5400 m² et peut accueillir jusqu’à 20 000 fidèles. Les travaux de restauration de l’édifice qui ont eu lieu en 1990, se sont faits sur la base des plans originaux et ont été menés sous la garde du ministère de la Culture du Maroc. La dynastie Almohade, lorsqu’elle a régné sur Marrakech, faisait preuve d’un style architectural plutôt austère et peu flamboyant. Cela se voit dans la sobriété et le dépouillement, notamment celui des arcs. Les travaux du minaret se sont terminés un peu plus tard, en 1196. Il est plus décoré et on note un travail important sur les arcs entrelacés. Le minaret est surmonté de trois boules qui symbolisent les trois mosquées de l’Islam : Kaaba, Médine et Al Qods. Ces boules sont faites de cuivre doré. Le minaret de la Koutoubia a servi de modèles pour d’autres réalisations, comme par exemple la Giralda de Séville.

Les tendances de l’immobilier à Marrakech et au Maroc au deuxième trimestre 2016

vente immobilier au maroc

Pour le moment les ventes immobilières semblent s’être immobilisées au Maroc, voilà le constat qui a été fait par de nombreux observateurs pour les sept premiers mois de l’année 2016. Selon une analyse de l’indice d’évolution des prix des logements dans les villes marocaines, cette reprise pourrait être effective. Même si l’été est une période pendant laquelle les locations augmentent, les ventes n’en diminuent pas pour autant, bien au contraire elles augmentent. De façon globale les prix se stabilisent quand on observe les différentes villes, et au mètre carré ces prix ont évolué depuis fin juillet. La tendance à la hausse est confirmée dans les plus grandes villes du territoire marocain comme Casablanca, Fès, Rabat ou encore Tanger. Par contre à Tanger on observe une baisse des prix. Le même constate peut être fait dans le secteur immobilier à Marrakech sur le lien suivant http://salonsinternationauximmobilier.blogspot.com/. Cette stabilité observée n’a pas empêché que la demande en logements locatifs soit toujours supérieure à la demande en appartements à vendre. Les villes d’Agadir et Cabo Négro affichent une hausse des locations surtout venant des Marocains résidant à l’étranger.

Au-delà de l’immobilier à Marrakech, essayons de détailler les phénomènes qui ont été observés dans les autres villes durant le mois de juillet 2016. Dans la ville de Fès, l’augmentation des prix de vente observée est la plus élevée du pays, le prix au mètre carré a augmenté d’environ 5,55% chaque mois. En juin 2016 le mètre carré de logement à Fès coutait environ 6 052 dirhams, en juillet il était de 6 388 dirhams. La plupart des quartiers de la ville ont suivi la même tendance. Prenons par exemple le cas du quartier Saada qui affichait un prix de vente de 5 032 dirhams en juillet 2016 alors que l’on y retrouvait le mètre carré à 4 498 dirhams un mois plutôt. Une augmentation de 2,11%. Au quartier Bensouda, le mètre carré se situait en juillet autour de 4 573 dirhams, soit une augmentation de 1,67%. Pendant ce temps au quartier Narjis, le mètre carré coutait environ 5 282 dirhams en juillet, soit une augmentation de 0,84% en comparaison au mois de juin 2016.

Dans la ville de Casablanca, on observe une hausse qui s’élève à environ 0,82% du prix par mètre carré. C’est une tendance bien différente de celle observée sur les biens immobiliers à Marrakech. En juillet 2016, on trouvait donc un mètre carré autour de 16 307 dirhams à Casablanca. Sidi Moumen est le quartier où on observe la plus grande augmentation de prix au mètre carré. Les appartements ont connu un prix de vente qui a augmenté d’environ 26,33% en comparaison aux prix en juin 2016. Les prix sont passés de 3 938 dirhams à 4 975 dirhams. Dans le quartier Hay Mohammedi, la hausse du mètre carré se chiffre à 6,41% pour aboutir à un prix approximatif de 10 117 dirhams. Des augmentations de prix qui montrent bien que le secteur de l’immobilier marocain est en pleine ébullition et que la reprise est bel et bien en marche.

Quelle est la meilleure trottinette électrique pour enfant sur le marché ?

trottinette electrique

Nous parlerons ici de la trottinette électrique pour enfant de moins de 7 ans, très souvent ce sont des trottinettes à trois roues https://trottinette-electrique-journal.blogspot.com/, qui sont plus faciles à conduire à cet âge. Le mini micro est un des modèles qui offre de belles performances sur le plan qualitatif, elle est destinée à des enfants de trois ans et plus. Ces trottinettes sont disponibles en plusieurs couleurs, pour satisfaire tous les goûts des enfants en bas âge. En général on retrouve les trottinettes vertes, bleues, bleues aqua, oranges, jaunes, rouges, etc. Ce type de trottinette peut supporter un poids allant jusqu’à 20 kilos. Les enfants n’auront aucun mal à apprendre et à rester en équilibre grâce aux deux grandes roues avant qui mesurent 121 mm et permettent de contrôler la direction sans trop grande difficulté. Sur ce modèle le contrôle de la direction est intuitif, il suffit de se pencher sur le côté, sans utiliser le guidon, c’est plus facile pour les enfants.

Avec ses roues en polyuréthane, le mini micro avance sans résistance et assure le confort du conducteur. Ce modèle est doté d’un frein que l’on retrouve juste au-dessus de la roue arrière, il est facilement accessible et fonctionne assez bien. Ce modèle est le choix adapté par la qualité de ses matériaux, le confort et la stabilité que l’on a en roulant. Par contre petit bémol : le guidon démontable ne peut pas être réglé en hauteur. Dans le même ordre, on retrouve également la Maxi micro, qui est une trottinette électrique pour enfant de moins de 12 ans. Ce modèle qui est au-dessus du mini micro est plus robuste et peut supporter une charge de 50 kgs et est adapté aux enfants ayant entre 5 et 12 ans.

Le guidon de cette trottinette est en T-bar et peut être démonté, réglable en hauteur et ses poignées en gomme tendre sont confortables. La tenue de route de cette trottinette électrique pour enfant est assez bonne, en tout cas mieux que celle du mini micro. À bien y regarder la Maxi micro compte 4 roues et non trois. Puisque la roue à l’arrière est double. La marque Micro jouit d’un système d’appui et de direction qui permet de prendre les virages en se penchant légèrement. Un système beaucoup plus facile pour les enfants. Cette trottinette est bonne de par son système unique de contrôle de direction, parce qu’elle tient bien la route et parce que la qualité de ses matériaux assure une meilleure conduite.

Quelles sont les conditions de location d’une voiture à la Réunion et en France ?

Location Voiture a la reunionTrès souvent lorsque l’on va en congés dans un pays ou une ville étrangers, il est nécessaire de faire appel à un service de location de voitures pour assurer ses déplacements. Cela lorsque l’on n’a pas très envie de tester les transports en commun de la région. Toutefois, il faut savoir qu’avant de se voir remettre un véhicule après une location de voiture à la Réunion sur le site Europcar Reunion ou ailleurs en France, il faut respecter certaines conditions. De nombreuses garanties sont d’ores et déjà prises par la société de location en échange de la remise des clés d’un véhicule dont la valeur est rappelons-le assez conséquente. De nombreux documents justificatifs seront sollicités auprès du client. La société de location a le devoir de vous tenir informé de ces différentes conditions et de vous remettre un devis gratuit avant la signature du contrat qui vous lie. Voici quelques-unes de ces conditions. Tout d’abord vous devez avoir plus de 21 ans, toutefois les conditions liées à l’âge peuvent varier d’une société de location à une autre, il est important se rapprocher de celle qui vous intéresse afin d’en savoir plus, certaines exigent que le client destiné à conduire le véhicule soit âgé de 25 ans au moins.

Être en possession d’un permis de conduire est l’une des autres conditions obligatoires, ce dernier doit avoir plus d’un an d’âge et correspondre au type de véhicule que vous envisagez de louer. Les déclarations de vol, de perte, les permis blancs et les permis dont la validité est restreinte ne sont généralement pas acceptés dans le cadre d’une location de voiture à la Réunion ou en France. Un permis international doit être soutenu par un permis national pour qu’il soit considéré comme valide dans ce processus. Vous devez également présenter des documents qui justifient de votre identité et lieu de domicile, une carte nationale d’identité ou même des justificatifs de revenus. Ces documents doivent être originaux et être vieux d’au moins deux ans. Troisièmement il est primordial que vous disposiez d’un mode de paiement en votre nom. Généralement la personne qui souscrit à une location est aussi celle qui la paye.

Pour la location de véhicules de luxe ou de prestige, les conditions sont un peu différentes. Par exemple au niveau de l’âge ou de la validité du permis, les conditions peuvent être renforcées. Certaines sociétés de location imposent souvent aux clients de posséder deux cartes de crédit. En général avant de souscrire à une location de voiture à la Réunion, vous devez disposer de certaines pièces, que vous devrez présenter à la société de location. Parmi les documents, nous avons la carte d’identité, le permis de conduire, le document de confirmation qui comprend le mail de confirmation si vous avez réservé en ligne ou par téléphone et un justificatif de domicile. Le dernier document et le plus important aussi est la carte bancaire ou tout autre mode de paiement portant l’identité du conducteur, ainsi les démarches administratives en seront simplifiées.

L’émergence de la chaise Barcelona

chaise barcelona

C’est au cours de l’année 1929 que la chaise Barcelona voit le jour pour la première fois, directement sortie de l’imagination de Ludwig Mies Van Der Rohe. D’origine allemande, cet artiste voit le jour en 1886 et marque positivement le monde de l’architecture par son talent. En 1930 il a d’ailleurs été le directeur de l’école allemande du Bauhaus. Il compte parmi les premiers architectes à avoir compris l’importance de créer du mobilier adapté aux bâtiments qu’il conçoit, afin de créer de l’harmonie entre tous les éléments. Petit à petit il se tourne vers la création de meubles. Mies Van Der Rohe a été sollicité par le gouvernement allemand pour concevoir le pavillon allemand lors de l’Exposition internationale de 1929 en Espagne, cela impliquait de créer les meubles qui occupaient ledit pavillon. En imaginant ce pavillon, Ludwig Mies a construit un bâtiment moderne fait de d’acier, de verre et de différents types de marbres. C’est ensuite seulement qu’il a décidé de concevoir les meubles qui seraient les mieux adaptés à son bâtiment. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, lui il trouvait que la conception d’un meuble était beaucoup plus complexe que la conception d’un bâtiment.

L’exposition fut un grand succès, en tant qu’événement d’envergure internationale, de nombreux pays européens étaient représentés sur place, et la royauté espagnole aussi. Il s’agissait donc d’un défi important à relever par l’architecte qui a pensé à la chaise Barcelona sur le site Chaisebarcelona en tant que meuble important, majestueux, élégant et couteux afin de correspondre au public qui assisterait à l’événement. Mies a eu raison de penser sa chaise sous cet angle puisqu’elle a servi de trône au couple royal espagnol, précisons que seules les chaises Barcelona habillaient le pavillon. Le pavillon allemand a été détruit quelques mois après l’exposition, mais il fut reconstruit en 1983 sur le lieu de l’exposition de 1929.

C’est ainsi que la chaise Barcelona est devenue une icône, une référence, un symbole, un peu comme la Wassili chair qui a été conçue par Bruers. Du fait de son esthétique et de sa fluidité, la chaise Barcelona est devenue un meuble sans âge dont on se sert encore de nos jours. La chaise a progressivement conquis le marché mondial, au-delà des frontières espagnoles grâce à la production de masse et aux ventes toujours plus croissantes. Au cours de l’année 1950, Mies refait le dessin de la chaise originelle en y intégrant l’acier inoxydable qui est devenu de plus en plus accessible avec le temps et les progrès de la technologie. Mies était de ceux qui optaient pour des meubles fonctionnels dont la production en masse peut être faite facilement par des ouvriers. Cela est assez contradictoire quand on considère le prix élevé de ce meuble.

Avantages et fonctionnement de la trottinette électrique

Trottinette Electrique

La trottinette électrique sur le site Urbanmove est un engin de plus en plus à la mode. Les utilisateurs et même les non-utilisateurs sont d’accord que cet appareil facilite énormément la vie. En effet, lorsque vous possédez une trottinette, vous n’avez plus à vous soucier du carburant à mettre dans le véhicule tous les jours, il vous suffit de brancher votre appareil à une prise électrique standard. Ensuite vous n’êtes plus contraint de vous arrêter à cause des embouteillages, ou de chercher des places de parking plusieurs fois par jour. La trottinette vous permet de profiter de l’air pur ambiant et d’être à l’heure à vos rendez-vous, dans la bonne humeur.

Nous avons tendance à oublier qu’à la base les trottinettes électriques étaient destinées aux enfants, en guise de jouets. C’est un appareil qui est composé d’une planche et de deux ou trois roues, selon les modèles. Pour se propulser, le conducteur de la trottinette utilise sa jambe pour le propulser. La différence entre la trottinette et le skateboard est que la trottinette dispose d’un guidon et de moins de roues, pendant que le skateboard en a quatre, et pas de guidon. Les trottinettes que l’on retrouve actuellement sur le marché sont constituées d’aluminium et peuvent être pliées, ce qui les rend compactes et légères, pour un rangement optimal ou pour vous accompagner partout. On retrouve également des trottinettes faites en plastique et ces modèles ne sont pas pliables.

La trottinette électrique est donc un moyen de transport assez plébiscité ces dernières années, surtout qu’elle rend très actif. C’est un moyen de transport qui a surtout séduit les populations jeunes puisqu’il associe sport et rapidité, et même découverte. Les trottinettes électriques sont utilisées par bon nombre d’individus tous les jours, pour rejoindre leurs destinations et pour éviter les embouteillages au quotidien. Nous pouvons donc en conclure que la trottinette assume une fonction double : d’abord comme jouet, mais aussi comme moyen de transport pour se rendre au travail ou ailleurs. Les trottinettes sont fun et pratiques. Les principales caractéristiques de cet appareil sont sa propreté, son silence, la trottinette est un moyen de transport qui contribue à lutter contre la pollution, et permet de lutter contre la hausse des prix du carburant, en plus de permettre de faire des économies. À la fois légère, autonome et compacte, la trottinette électrique est idéale pour les déplacements en zone urbaine. En plus, le prix de la trottinette est accessible à tous les budgets. Pour suivre l’évolution actuelle, s’adapter à tous les besoins, et assurer un confort toujours amélioré des conducteurs, on trouve désormais des modèles avec des sièges.

Les aspects négatifs de l’éthanol que l’on utilise dans la cheminée

cheminee bioethanol

Les biocarburants de première génération que sont le biodiesel et le bioéthanol, comme celui dont on se sert dans la cheminée à l’éthanol voir sur le site http://www.chemineo.fr/, sont produits à partir de plantes. Il est important de savoir quelles sont les conditions de production de ces carburants afin de déterminer leur portée réelle sur notre environnement. En effet la production et l’utilisation de ces biocarburants dits de première génération n’ont pas que des avantages. Les biocarburants émettent moins de CO2 dans l’environnement, limitant ainsi le réchauffement planétaire, ils permettent de créer plus d’emplois pour les populations rurales, etc. Autant d’avantages dont font preuve ces carburants. Pourtant, avec le temps les biocarburants de première génération se sont avérés être des fausses bonnes alternatives. On se demande pourquoi. En fait, la production massive des biocarburants présente de nombreux inconvénients comme la déforestation accélérée, le renchérissement des denrées alimentaires, le bilan énergétique en dessous des attentes, le changement vers la négative des conditions de travail des producteurs agricoles.

Pour les structures privées ou publiques qui pensent avoir la solution au réchauffement de la planète grâce aux biocarburants de première génération, il est temps de réorienter leur opinion et de se remettre en question, et assez rapidement. Il faudrait trouver de nouvelles surfaces à cultiver, les cultures tropicales étant les plus adaptées pour la production de biocarburants. Le Brésil produit en moyenne 6 000 litres d’éthanol par hectare, par contre en Angleterre la production se chiffre à 1 200 litres pour un coût deux fois supérieur. Ça coûte cher de mettre du carburant dans sa cheminée l’éthanol au final.

Les surfaces occupées par les plantations de canne à sucre destinées au biocarburant prennent souvent l’espace destiné aux pâturages, à la forêt amazonienne. L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a demandé des études sur la répartition des sols. Ces études montrent bien que l’extension des cultures pour les biocarburants est assez tirée par les cheveux, car ces surfaces agricoles sont susceptibles d’empiéter sur les surfaces agricoles destinées aux habitants, ainsi on aura plus de carburant pour la cheminée à l’éthanol et moins de produits agricoles pour la population. La culture du maïs et la culture du soja fragilisent les sols et polluent les nappes phréatiques. Ces cultures demandent aussi d’utiliser de grandes quantités de pesticides, beaucoup d’engrais et de carburant, la récolte et le séchage. Dans ses études l’Agence européenne de l’environnement estimait à 0,5 million d’hectares la surface agricole utilisée pour la production d’agrocarburants en 2010.

Jean Prouvé, designer du 20e siècle comme Charles Eames créateur de la chaise DSR

Chaise DSR de Eames

Le 20e siècle a profondément marqué le monde du design et de la décoration d’intérieur. Le mobilier design a connu de nombreux changements et des évolutions qui ont révolutionné les comportements et les tendances dans le monde. Nous pouvons citer la chaise DSR de Charles Eames http://www.grenier-marco.fr/chaise-dsr-de-charles-eames-fauteuil-organique/, ainsi que d’autres meubles de ce designer qui ont bouleversé les dogmes du mobilier design. Jean Prouvé fait partie de ces designers qui ont apporté des changements dans ce milieu. Jean Prouvé est né en 1901 dans la ville de Paris et est décédé en 1984 dans la ville de Nancy. Il est connu comme étant l’un des créateurs les plus prolifiques du 20e siècle. Jean Prouvé est le fils du célèbre artiste sculpteur Victor Prouvé. Toutefois, son avenir n’était pas tracé d’avance. En 1916, il doit quitter l’université, ses parents n’ayant plus les moyens. Il ne se décourage pas et se lance dans une formation en ferronnerie, secteur à la mode en 1910.

Sa formation est porteuse, puisqu’il gagne l’estime d’André Fontaine un dénicheur de talent de l’époque. Jean Prouvé entre en formation militaire et juste après il décide de se lancer dans la création de sa propre entreprise, avec le soutien d’un ami de sa famille. L’année 1931 accueille la SA des Ateliers Jean Prouvé. Au début de son activité, il crée des chaises pour des entreprises privées, ce qui a lancé son entreprise, mais aussi sa notoriété. Le travail de la tôle passionnait Prouvé, du coup il préférait proposer des chaises faites avec ce matériau, parce qu’elles étaient pliables, mais en plus le métal peut être manipulé à volonté. Comme la chaise DSR de Charles Eames apportait de nouvelles perspectives, les meubles de Jean Prouvé en faisaient autant.

La chaise Antony de Jean Prouvé vient révéler l’artiste et en fait l’un des plus célèbres artistes du design moderne. Autant la chaise DSR de Charles Eames avait bouleversé son temps, la chaise Antony a bouleversé la sienne. Aujourd’hui la version originale de cette chaise vaut environ 40 000 euros. Le modèle standard est une chaise faite en bois et en tôle, elle sera pendant longtemps utilisée dans les établissements publics en France. Cette chaise est encore à la mode de nos jours et est le modèle le plus populaire du designer. Parmi ses autres produits, on trouve des bureaux d’écoliers. Après la guerre, Prouvé se lance dans les constructions et participent à la révolution des habitations en France.