Comment rendre hommage à Yves-Saint Laurent d’un Riad à Marrakech ?

riad alksar

Le Maroc est un pays qui est et qui a toujours été apprécié par de nombreuses personnes, célèbres et anonymes. De par ses merveilles, le pays attire des étrangers des quatre coins du monde. C’est ainsi que chaque année des millions de personnes se rendent au Maroc pour goûter aux plaisirs de la location de Riad Al Ksar à Marrakech, les balades à calèches, et les saveurs délicates des différents mets de la gastronomie locale. Parmi les célébrités qui se sont prises d’affection pour les merveilles du Maroc, nous pouvons citer le designer Yves-Saint Laurent qui a même acheté et rénové une résidence dans la ville de Marrakech. Plusieurs années après son décès, deux musées seront dédiés à Yves-Saint Laurent et ils vont ouvrir dans les villes qui ont touché le cœur de ce designer : Paris et Marrakech. À Paris le musée ouvrira ses portes le 3 octobre 2017 et à Marrakech ce sera le 19 octobre.

Un musée dans chacune des villes qui ont été importantes pour Yves-Saint Laurent. C’est une manière d’honorer le l’œuvre de l’un des piliers de la mode. Voici, 15 années sont passées depuis que le dernier défilé des créations d’Yves-Saint Laurent a eu lieu au cœur du Centre Pompidou, ainsi que la fermeture de la maison de design qui portait son nom. Durant ces quinze années, la mémoire du designer a été préservée et maintenue vive grâce aux nombreuses actions menées par la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint-Laurent. La mission de cette fondation est de s’assurer que le patrimoine de l’artiste est bien conservé et que son œuvre rayonne encore longtemps après son décès. Ceux qui ont eu l’occasion de résider dans des Riad à Marrakech ont sûrement déjà eu l’occasion de découvrir une partie de cette œuvre.

C’est en 1966 qu’Yves Saint-Laurent a fait la découverte de la ville de Marrakech et ce fût pour lui une révélation. À la suite de cela il décida d’y acquérir une résidence afin de revenir plus souvent dans la cité ocre. 50 ans après il est assez évident pour la ville de lui rendre hommage en retour en construisant un musée qui sera entièrement dédié à son œuvre qui a été fortement influencée par le Maroc. Vous pourrez bientôt louer un Riad à Marrakech pour découvrir ce musée. Le musée de Paris n’a pas réellement besoin d’être justifié puisque c’est dans cette ville qu’Yves Saint-Laurent a bâti son empire artistique et qu’il a acquis toute son inspiration.

Découvrir la géographie du Tadjikistan durant un trekking

trekking

Le Tadjikistan est divisé en deux grandes provinces : une province autonome et une province gérée par le pouvoir central. Chacune des provinces est composée de plusieurs districts qui sont eux-mêmes subdivisés en jamoats et en villages. La capitale du pays est Douchanbé et elle est indépendante, c’est pour cette raison qu’elle est dite ad hoc, et le fait d’être entourée par la région républicaine n’y apporte aucune influence. En allant au Tadjikistan pour un trekking, on se rend bien compte que le pays ne dispose pas d’accès à la mer, il est enclavé. Le Tadjikistan est le pays le plus petit de l’Asie centrale sur le plan de la superficie, et 93% de ce territoire est occupé par des montagnes. La moitié du territoire est situé à une altitude supérieure à 3 000 m et le point culminant est le pic Ismail Samani qui monte à 7 495 m.

Le Tadjikistan bénéficie d’un climat continental, et en fonction des saisons, le climat connait des fluctuations importantes. Au mois de janvier par exemple, si vous allez au Tadjikistan pour un trekking, vous subirez des températures moyennes variant entre +2°C et -2°C au nord et au sud-ouest. Ces températures tombent jusqu’à + 20°C sur les hauts plateaux du Pamir. Au mois de juillet, les températures sont plus agréables avec des moyennes de 10°C à 15°C dans le Pamir, elles atteignent 25°C ou 30°C dans les vallées. La température minimale constatée est de -63°C dans le Pamir et la température maximale est de 48°C à Pyandj-Bas.

L’extrémité nord du pays abrite les seules régions du pays où l’on ne retrouve pas de montagnes. Cette région est rattachée au bassin de Fergana au sud-ouest. En vous rendant dans la région centrale du Tadjikistan pour un trekking, vous aurez l’occasion de découvrir les grandes chaînes de montagnes qui dominent la région. On y retrouve les monts Alaï qui empêchent les communications entre Douchanbé et le nord durant l’hiver. À l’est du pays, on retrouve des hauts plateaux de type tibétain, dans la région du Haut-Badakhchan, et au nord le Pamir duquel s’élèvent les plus hauts pics du pays. Il est important de préciser que l’Asie centrale est principalement alimentée en eau par les glaciers du Pamir, qui alimentaient également la mer d’Aral. On retrouve aussi la culture du coton au Tadjikistan, c’est d’ailleurs la cause des problèmes écologiques que l’on rencontre dans le pays. Premièrement parce que la forte utilisation de l’eau entraîne la désertification, et deuxièmement l’emploi des pesticides comme le DDT et d’autres engrais chimiques ont créé de fortes toxicités à la population agricole, avec des conséquences sanitaires toujours présentes.

Pour de plus amples informations sur le trekking cette fois au Maroc veuillez consulter l’article : http://www.boncap.com/sejour-maroc/

Comment bien choisir le site sur lequel on veut refaire sa carte grise ?

carte grise en ligne

Avec l’arrivée du nouveau système d’immatriculation des véhicules qui existe en France depuis 2009 et les avancées sur le plan technologique, les usagers peuvent désormais passer par des sites Internet pour mener à bien leurs démarches d’obtention de carte grise sur le site http://www.mandataireauto.net/quest-ce-quune-carte-grise-pourquoi-doit-on-en-faire-une/. Il n’est plus nécessaire de se rendre à la préfecture la plus proche, faire la queue pour déposer son dossier et attendre quelques jours avant de recevoir son document. D’autres démarches administratives peuvent être faites sur Internet, comme un acte de naissance l’achat de la vignette Crit-Air, etc. De nouveaux sites privés sont créés tous les jours pour mener à bien ces opérations. Toutefois Internet n’est pas toujours très sûr alors il est important de faire attention et de bien se renseigner avant de confier ses données personnelles à un site internet non sécurisé et parfois non habileté à poursuivre votre transaction. Dans cet article nous verrons comment ne pas tomber dans ces pièges.

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des Fraudes en abrégé DGCCRF informe les usagers sur les démarches administratives, particulièrement les démarches liées à la carte grise qui sont faites sur certains sites. La plupart des automobilistes se tournent vers ces sites parce que cela leur permet d’économiser le temps qu’ils passeraient dans une préfecture et de faire leur demande d’immatriculation selon leur disponibilité. La carte grise en ligne est toujours plus sollicitée. Certains sites commerciaux utilisent les valeurs nationales pour attirer des clients et pour leur donner l’impression d’être des sites du gouvernement, donc dignes de confiance. Méfiez-vous donc de ces sites qui affichent le symbole de la Marianne et portent les mentions « Liberté. Égalité. Fraternité ».

Pour vérifier la fiabilité d’un site, référez-vous au Centre européen des consommateurs en France qui vous confirmera si le site est autorisé ou pas à mener les opérations qu’il prétend. Vous pouvez également vous rapprocher du Ministère de l’Intérieur et du Trésor public pour vous assurer que le site bénéficie bien d’un agrément. La plupart des sites qui proposent la fourniture de carte grise en ligne sont dans la légalité, ce sont pour la majorité des plateformes professionnelles agréées par l’État et aptes à traiter les demandes d’immatriculation. Restez vigilant et ne perdez pas de vue qu’il s’agit d’informations qui vous sont personnelles et importantes. De plus, cela vous évitera de vous faire arnaquer des frais qui vous seront demandés.

Découvrez les hôtels de luxe dans le quartier Guéliz à Marrakech

hotel Marrakech

Parmi les nombreux quartiers que compte la ville de Marrakech, guéliz est celui qui offre un visage de modernité et de progressisme à la cité ocre. Il faut reconnaitre que le quartier peut se montrer moins attractif et atypique que la Médina, mais il est tout de même plein d’intérêt. Sur le plan géographique, Guéliz se trouve au nord-ouest du centre de l’ancienne ville donc non loin de la place Jemaa el Fna. Le quartier a été construit durant le protectorat français sur le Maroc à partir de 1912. Guéliz est le quartier occidental de Marrakech, c’est le quartier moderne où on retrouve les bars, les restaurants, mais aussi la plupart des franchises françaises, les fast foods américains, mais aussi des magasins de vêtements et de produits asiatiques dans lesquels vous pourrez vous procurer des articles à bas prix. À Guéliz vous pourrez également trouver un hôtel de luxe à Marrakech sur le site http://www.voyagidees.com/voyages-en-afriques/resider-a-lhotel-de-luxe-la-sultana/, pour pouvoir faire vos courses sans trop de difficultés.

Les rues et les avenues y sont plus larges et les voitures ont donc plus d’espace pour circuler aux côtés de motos et scooters qui passent par là. Les avenues donnent la possibilité d’avoir de nombreuses terrasses dans les cafés et restaurants en bordure de route, pourtant à la médina les terrasses sont situées sur les toits. Guéliz vous comblera si vous prenez plaisir à regarder les gens passer dans la rue. Le quartier est le lieu idéal pour prendre un bus ou un train en direction des autres villes du Maroc comme Essaouira, Fès, Meknès, Tanger, Casablanca, etc. En effet la gare de Marrakech se trouve dans le quartier Guéliz, ainsi que des agences de voyages. Vous ne manquerez pas d’hôtels de luxe à Marrakech dans ce secteur de la ville.

Guéliz est un quartier qui vous offre le meilleur compromis pour ceux qui n’aiment pas beaucoup la Médina. Le quartier est moins conservateur, plus progressiste et on y retrouve la majorité des Marocains appartenant à la classe moyenne. C’est pour cette raison que beaucoup préfèrent y louer un hôtel de luxe à Marrakech, ils y sont moins dépaysés. Ce quartier abrite également un des points les plus visités de la ville, le jardin Majorelle qui est à la fois un jardin botanique et un musée d’ethnologie portant sur les populations berbères. Ceux qui préfèrent l’art et l’esthétique pourront visiter le musée MACMA dédié aux peintures, aux meubles, aux bijoux et photos.

Découvrez la pratique du Stand up paddle au Maroc et ailleurs

sejour-stand-up-paddle

Le Stand up paddle au Maroc gagne de plus en plus de terrain et devient une activité très demandée par les touristes à travers le monde. Ce sport a fait ses débuts il ya de nombreuses décennies à Hawaï, mais a véritablement pris son envol vers 2004. Le SUP ou paddle, comme on l’appelle aussi se pratique avec une planche assez grande et longue, qui est gonflable ou en résine et le sportif se sert d’une pagaie pour avancer, tout en restant debout, d’où le nom de l’activité « stand up » sur le site https://standupmorocco.com/. Comme pour d’autres activités nautiques comme le surf ou le windsurf, la taille et les dimensions de la planche sont d’une grande importance à chaque dimension correspond une activité précise. Si c’est pour une simple balade, des planches polyvalentes peuvent être utilisées, ce sont des planches dites allround assez longues et larges, elles sont très stables, à la carène plate et sont parfaites pour les débutants. Si c’est pour pratiquer le paddle en surf, il vaut mieux se servir d’une planche plus courte et moins épaisse avant qu’elles soient plus vives et plus évolutives.

Dans la pratique de la course, ou sur les longues distances, les planches devraient être idéalement longues, étroites et aérodynamiques comme un kayak de mer. Ici les planches sont différentes selon les constructeurs. On retrouve sur le marché, des planches aux objectifs et caractéristiques mixtes qui peuvent servir même comme planches à voile si on leur ajoute une voile. Avec la pratique amateur du stand up paddle au Maroc ou ailleurs, on a vu apparaître des planches gonflables qui occupent très peu d’espace et sont donc faciles à emmener partout avec soi. La pagaie utilisée par les sportifs de cette activité est généralement en résine synthétique ou en aluminium et on tend de plus en plus vers des modèles en fibre de carbone ou en bois dont les experts peuvent se servir.

À l’extrémité arrière des planches de Stand up paddle au Maroc ou ailleurs, on retrouve des ailerons fixés et immergés dont l’objectif est de stabiliser la direction prise par le sportif. Elles servent également à limiter la dérive et à diminuer le roulis. Les planches de paddle sont organisées en familles et chaque planche aura une fonction particulière qu’elle soit utilisée pour une balade, pour une race ou pour toute autre déclinaison, elles seront toutes particulières. On retrouve donc les planches polyvalentes, les planches de surf, de balade, de race et les planches gonflables.

Se faire accompagner dans l’achat de son bien immobilier à Koh Samui

villa a koh samui

Investir dans le secteur immobilier n’est pas une mince affaire, ce n’est pas une opération à prendre à la légère, peu importe la taille du bien et sa valeur, il s’agit d’un investissement de grande importance aux yeux de la personne qui s’y intéresse. Il faut donc être prudent quand vous entreprenez ce genre d’opérations, le mieux est de ne pas se lancer à la légère, mais de mûrir la réflexion, de peser le pour et le contre, d’étudier toutes les possibilités et éventualités liées à la transaction. Il faut toujours avoir un coup d’avance afin de s’assurer que tout se passe dans de bonnes conditions. Dans le cadre d’une transaction dans le secteur immobilier à Koh Samui sur le site http://www.atlasimmobilier-international.com/location/thailande/koh-samui/ou partout ailleurs à l’étranger, il est important de se rapprocher d’une agence immobilière pour vous accompagner, ceci garantit un peu plus la sécurité de l’opération.

Avant de vous lancer dans un achat de bien immobilier à Koh Samui ou dans une autre ville étrangère, vous devez prendre attache avec une agence immobilière professionnelle et qui justifie d’une certaine expérience dans cet environnement. Cette agence servira d’interface « réelle » entre vous et l’environnement dans lequel vous souhaitez acquérir votre bien. Il pourra vous apporter des conseils, vous informer sur l’environnement judiciaire et fiscal de la région, vous éclaircir sur les différentes conditions qui entourent l’achat d’un bien dans ce cadre en particulier, en gros il sera votre guide, étape par étape. De plus, ayant suffisamment d’expérience sur place, il saura mieux concrétiser vos envies qui peuvent parfois sembler abstraites, et vous proposer des biens qui correspondent à votre budget, ainsi qu’à vos envies.

Bénéficiant déjà de l’accompagnement d’un bon agent immobilier à Koh Samui, ou peu importe la ville dans laquelle vous prévoyez d’acquérir un bien, vous devez vous assurer d’avoir l’assistance et l’accompagnement d’une deuxième entité : un avocat. S’il s’agit d’une acquisition en Thaïlande, sachez que dans ce royaume on ne trouve pas de notaires. Les avocats sont les autorités qui apportent assistance aux clients pendant les transactions immobilières. Acheter un bien immobilier en Thaïlande vous impose donc de travailler avec un avocat qui sera chargé des différents aspects de l’opération comme l’audit foncier de la propriété, le transfert de propriété, et la rédaction du contrat de vente et ses conditions. Peu importe la forme de l’acquisition, l’avocat est une autorité incontournable dans le cadre des opérations immobilières en Thaïlande.

La signature du contrat de réservation précédant l’achat de villas de luxe à Marrakech

immobilier a Marrakech

L’activité immobilière s’est accru ces derniers temps dans la citée ocre. L’un des biens immobiliers le plus demandé reste les villas de Marrakech qui sont imposantes et dispose d’un confort et d’un certain luxe. Lorsque vous voulez en acquérir une qui vous plait et qui est disponible, vous faites appel à son promoteur ou l’agence immobilière chargée de la vendre et vous signez un contrat de réservation voir plus d’informations sur le site http://lemondeimmo1.webnode.fr/. C’est un moyen de réserver le bien en attendant la finalisation du contrat qui peut prendre plus de temps. Ce contrat a une valeur juridique et peut être considéré comme une preuve en cas de litige.

Pour devenir propriétaire d’une villa, surtout si elle est neuve, l’acquéreur doit signer un contrat de réservation avec le promoteur immobilier suivi plusieurs mois plus tard de la signature du contrat définitif de vente de la villa chez un notaire. Le contrat de réservation est un engagement de la part du vendeur qui promet de réserver le logement à l’acquéreur, ce dernier doit en retour verser un dépôt de garantie. La condition indispensable est que le programme doit voir finalement le jour. Ce contrat est généralement signé pour une période de trois mois, mais il peut être prolongé par exemple s’il a été signé en début de pré-commercialisation.

Il à noter que ce contrat de réservation porte sur les programmes immobiliers neuf, et la construction ne débutera que si le prometteur a déjà commercialiser la moitié de logements prévus. En dessous de cette limite le chantier ne pourra pas démarrer faute de financement de la part des banques afin de minimiser les risques.

Le contrat de réservation doit être établi écrit et un exemplaire doit être remis au futur acquéreur avant tout versement du dépôt de garantie. Le contrat doit indiquer : une description détaillée de la futur villa c’est-à-dire la surface habitable, le nombre de pièces principales et secondaire, les dégagements et les dépendances. Il doit comporter aussi une note décrivant la nature et la qualité des matériaux utilisés pour la construction, le prix de vente et le cas échéant les conditions de révision, la date prévisionnelle de signature du contrat de vente définitif. Le délai d’exécution des travaux, les conditions prévues par la loi qui permettent au candidat acquéreur de renoncer à signer le contrat de vente définitif et de récupérer son dépôt de garantie.

Marrakech accueille bientôt son musée dédié à l’eau

marrakech

La ville de Marrakech est réputée pour les endroits qu’elle met à la disposition des touristes qui viennent visiter la ville. Les passionnés de culture ne manquent pas d’activités, ils peuvent assister à des événements d’envergure internationale, visiter des musées dédiés à l’art traditionnel ou contemporain, bénéficier du foisonnement des différents lieux de la culture que la ville abrite. Pour rendre la ville encore plus intéressante voir ici http://bonplanmarrakech.blog.fc2.com/, de nouveaux lieux sont créés, de nouvelles idées voient le jour afin que toutes les catégories de touristes trouvent leur compte. Un nouveau musée verra le jour dans les allées de la cité ocre. À partir du 2 mai 2017, la ville de Marrakech accueillera un musée consacré à l’eau. Ce musée portera le nom de « musée Mohammed VI pour la civilisation de l’eau », le musée a été fondé sous l’impulsion du ministère des Habous et des Affaires islamiques. Il s’agit du premier musée marocain consacré à l’eau.

Ce musée a été inauguré en janvier 2017 par le prince Moulay El Hassan et sera finalement accessible au public à partir du mois de mai. Ce musée dernière génération permet de satisfaire plusieurs exigences, que ce soit sur le plan historique, culturel, scientifique, ludique et pédagogique. La vocation du musée est de conserver la mémoire, mais aussi de diffuser et de valoriser le patrimoine hydraulique du Maroc. Le musée s’étend sur une superficie de 20 000 mètres carrés et sera doté d’un espace d’exposition permanente, ainsi qu’un espace d’exposition temporaire. De nombreux thèmes seront parcourus au sein de ce musée. Surtout les questions portant sur l’eau et la science, l’eau et l’homme à travers les siècles, les réalisations liées à l’eau au sein du Royaume du Maroc, sans oublier les nombreux défis des nouvelles technologies dans ce domaine.

Visiter ce musée permettra aux visiteurs de s’immerger dans les différents aspects de l’eau. Les visiteurs vivront une expérience particulière, des mises en scène avec des sons, des lumières, un spectacle magnifié. C’est la société Couleur Com qui sera en charge de la gestion du musée. Selon les propos d’Ahmed Toufik, les ressources du musée comprennent la scénographie, les maquettes, les objets, les photos, les cartes, les supports audiovisuels multimédias, mais aussi des manuscrits. Au final, le musée Mohammed VI pour la civilisation de l’eau a couté au gouvernement marocain la modique somme de 163 millions de dirhams. Le musée de l’eau ambitionne de devenir l’un des musées les plus importants en Afrique, sur le sujet de l’eau.

La mosquée Koutoubia, vestige de l’histoire marocaine

koutoubia

La mosquée de la Koutoubia est un édifice de nature religieuse qui a été construit au 12e siècle dans la ville de Marrakech au Maroc voir plus sur le site http://cityguide-marrakech.blogspot.com/ et qui représente assez bien le talent artistique et architectural de la dynastie des Almohades. La construction de la mosquée Koutoubia encore appelée mosquée des libraires a débuté en 1120 sous le règne de la dynastie berbère des Almoravides. À partir de 1162, sous le règne du calife Almohade Abu Yusuf Yaqub al-Mansur, le bâtiment a été complètement remanié et est resté l’un des édifices les plus représentatifs de ce style architectural. La Koutoubia tire son nom du fait qu’elle a été construite dans le souk destiné aux marchands de manuscrits. C’est un lieu qui a vu passer de nombreuses générations de croyants, qu’ils soient de Marrakech ou de villes différentes. Ce lieu est avant d’être un lieu touristique, un lieu de prière et d’expression de sa foi musulmane.

Sur le plan architectural, la mosquée Koutoubia est construite en forme de T. C’est une tradition qui est respectée depuis le 9e siècle, à l’époque de la construction de la Grande Mosquée de Kairouan. On retrouve également ce style architectural en Espagne, c’est un plan arabe hypostyle. En résumé, on retrouve dans le bâtiment une grande cour entourée d’un portique et d’une salle de prière dotée de colonnes. Les nefs se situent à la perpendiculaire du mur de qibla. Le minaret mesure 69 mètres de haut, est de forme carrée et respecte la tradition des pays occidentaux musulmans. C’est l’un des minarets les plus hauts de la ville de Marrakech et il est d’ailleurs considéré comme un lieu touristique de haute envergure.

Au sein de la mosquée, on retrouve un total de 17 nefs qui sont portées par de nombreux piliers de couleur blanche. On y retrouve l’une des plus grandes salles de prière de l’Occident musulman, cette salle mesure 5400 m² et peut accueillir jusqu’à 20 000 fidèles. Les travaux de restauration de l’édifice qui ont eu lieu en 1990, se sont faits sur la base des plans originaux et ont été menés sous la garde du ministère de la Culture du Maroc. La dynastie Almohade, lorsqu’elle a régné sur Marrakech, faisait preuve d’un style architectural plutôt austère et peu flamboyant. Cela se voit dans la sobriété et le dépouillement, notamment celui des arcs. Les travaux du minaret se sont terminés un peu plus tard, en 1196. Il est plus décoré et on note un travail important sur les arcs entrelacés. Le minaret est surmonté de trois boules qui symbolisent les trois mosquées de l’Islam : Kaaba, Médine et Al Qods. Ces boules sont faites de cuivre doré. Le minaret de la Koutoubia a servi de modèles pour d’autres réalisations, comme par exemple la Giralda de Séville.

Les tendances de l’immobilier à Marrakech et au Maroc au deuxième trimestre 2016

vente immobilier au maroc

Pour le moment les ventes immobilières semblent s’être immobilisées au Maroc, voilà le constat qui a été fait par de nombreux observateurs pour les sept premiers mois de l’année 2016. Selon une analyse de l’indice d’évolution des prix des logements dans les villes marocaines, cette reprise pourrait être effective. Même si l’été est une période pendant laquelle les locations augmentent, les ventes n’en diminuent pas pour autant, bien au contraire elles augmentent. De façon globale les prix se stabilisent quand on observe les différentes villes, et au mètre carré ces prix ont évolué depuis fin juillet. La tendance à la hausse est confirmée dans les plus grandes villes du territoire marocain comme Casablanca, Fès, Rabat ou encore Tanger. Par contre à Tanger on observe une baisse des prix. Le même constate peut être fait dans le secteur immobilier à Marrakech sur le lien suivant http://salonsinternationauximmobilier.blogspot.com/. Cette stabilité observée n’a pas empêché que la demande en logements locatifs soit toujours supérieure à la demande en appartements à vendre. Les villes d’Agadir et Cabo Négro affichent une hausse des locations surtout venant des Marocains résidant à l’étranger.

Au-delà de l’immobilier à Marrakech, essayons de détailler les phénomènes qui ont été observés dans les autres villes durant le mois de juillet 2016. Dans la ville de Fès, l’augmentation des prix de vente observée est la plus élevée du pays, le prix au mètre carré a augmenté d’environ 5,55% chaque mois. En juin 2016 le mètre carré de logement à Fès coutait environ 6 052 dirhams, en juillet il était de 6 388 dirhams. La plupart des quartiers de la ville ont suivi la même tendance. Prenons par exemple le cas du quartier Saada qui affichait un prix de vente de 5 032 dirhams en juillet 2016 alors que l’on y retrouvait le mètre carré à 4 498 dirhams un mois plutôt. Une augmentation de 2,11%. Au quartier Bensouda, le mètre carré se situait en juillet autour de 4 573 dirhams, soit une augmentation de 1,67%. Pendant ce temps au quartier Narjis, le mètre carré coutait environ 5 282 dirhams en juillet, soit une augmentation de 0,84% en comparaison au mois de juin 2016.

Dans la ville de Casablanca, on observe une hausse qui s’élève à environ 0,82% du prix par mètre carré. C’est une tendance bien différente de celle observée sur les biens immobiliers à Marrakech. En juillet 2016, on trouvait donc un mètre carré autour de 16 307 dirhams à Casablanca. Sidi Moumen est le quartier où on observe la plus grande augmentation de prix au mètre carré. Les appartements ont connu un prix de vente qui a augmenté d’environ 26,33% en comparaison aux prix en juin 2016. Les prix sont passés de 3 938 dirhams à 4 975 dirhams. Dans le quartier Hay Mohammedi, la hausse du mètre carré se chiffre à 6,41% pour aboutir à un prix approximatif de 10 117 dirhams. Des augmentations de prix qui montrent bien que le secteur de l’immobilier marocain est en pleine ébullition et que la reprise est bel et bien en marche.